Les commentaires sont hors de ce post

Compte rendu du Saint Synode de Yaoundé de juillet 2016

Déclaration finale du Saint synode tenu à Yaoundé au Cameroun en juillet 2016.

« Bénie soit la Sainte, adorable Trinité, l’Indivisible Unité, Eternelle, à laquelle soient honneur et gloire pour les siècles des siècles. Amen. »

Conformément aux sacrés canons et la loi fondamentale de l’Eglise Orthodoxe Patriarca des Nations;
Statuant dans le cadre durablement intérieur des assemblées ordinaires du saint Synode des évêques,
Préoccupés par le besoin de structurer l’Eglise dans le but de poursuivre avec plus d’enthousiasme, dynamisme et ambition l’oeuvre d’évangélisation,
Statuant sur les questions de discipline au sein de l’Eglise,
Prônant le principe d’une Eglise hiérarchique et le respect de cette hiérarchie.
Dans le but d’exposer les principes moraux de la doctrine orthodoxe,
Estimant pour l’avancement, la restauration, le progrès de la Sainte Liturgie qu’il faille rappeler les principes et les normes, surtout en ce qui concerne le divin sacrifice de l’Eucharistie.Conscients du rôle important que jouent les laïcs au sein de l’Eglise,
Se félicitant de l’aboutissement et du succès de initiatives entreprises pour la reconnaissance officielle de notre Eglise dans nos différents pays et par les instances internationales comme l’Union Européenne et l(Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle ( O.A.P.I).
Saluant la grande estime, e respect, les faveurs et la tolérance de nos gouvernements en matire religieuse à l’égard de nos églises locales;
Conscients du fait , que notre Eglise ne se mêle pas de politique au sens strict du terme, cependant que son témoignage est essentiellement politique en tant que souci pour l’humain et pour sa liberté spirituelle, et que sa parole doit bien être distante et restera à jamais un devoir d’intervention en faveur de l’homme;
Témoignant la solidarité pastorale et organique de l’Eglise face aux problèmes cruciaux qui déchirent les peuples;
Nous Primats, Métropolites,Archevêques et évêques, réunis dans le cadre de notre Saint Synode et siégeant autour de Sa Sainteté le Patriarche Nicolas 1er, Président du dudit synode, conscient des enjeux, défis et contraintes de l’évangélisation dans le monde d’aujourd’hui, avons , à la lumière des questions soumises à nos travaux , résolu que:

Au Plan politique

1. Nos états doivent poursuivre le processus démocratique dans lequel ils sont engagés, chacun s’attachant, à le conduire à son rythme et l’accorder à ses réalités.

2. Que l’émergence d’Etats de droit, d’Etats démocratiques devrait permettre de créer des conditions plus propices au respect des droits de l’homme, au maintien de la stabilité, de la justice et de la paix sociale sans lesquels il n’y a point de progrès ni de développement durables.

3. Que ce développement durable ait -pour objectif majeur d’assurer aux générations présentes et futures une meilleure qualité de vie- pour fondements, la démocratie,les droits de l’homme, la bonne gouvernance, la promotion des ressources humaines, le développement économique et social, la protection de l’environnement- pour sujet central, la personne humaine.

4. Que pour garantir et préserver la paix sociale qu’il faille promouvoir l’éducation, la tolérance et la politique d’intégration de nos populations.

5. Du point de vue socio-économique, parce qu’elles favorisent la création d’une économie d’échelle, la coopération et l’intégration régionale constituent le meilleur moyen pour l’Afrique de retrouver sa compétitivité extérieure, d’accroitre sa capacité de négociation dans les affaires mondiales, d’ouvrir efficacement ses économies dans les affaires mondiales, d’ouvrir efficacement ses économies vers l’extérieur, d’amorcer rapidement sa maturité industrielle et de se créer sur le marché mondial, par la diversification des exportations, des avantages comparatifs autres que les produits primaires et à terme, de conjurer la marginalisation du continent.

6. Face au processus d’homogénéisation réductrice et impersonnelle promu par la globalisation, face aux aberrations morales conséquentes, les Pères du synode proposent de protéger l’identité des peuples et leurs réalités, s’opposent au principe selon lequel l’économie possède sa propre loi c’est à dire à une économie émancipée par rapport aux besoins vitaux de l’humain et transformée en but en soi.
Le Saint Synode propose une économie durable, fondée sur les principes de l’Evangile.

7. Notre Eglise Orthodoxe , Patriarcat des Nations ne saurait rester en marge du débat portant sur les questions bioéthiques, elle s’engage à promouvoir autant qu’elle soutient, dans le respect des valeurs culturelles , sociales et religieuses, les principes et droits universels tels que:

– L’accès pour tous aux soins de santé et d’éducation,
– L’inviolabilité du patrimoine génétique de l’espèce humaine,
L’indisponibilité de la personne qui interdit que le corps humain, ses éléments, notamment les gènes humains et leurs séquences puissent faire l’objet de commerce et d’un droit patrimonial réservé.

8. Face à une certaine recrudescence de violence au Nom de Dieu, le Saint Synode constate que les exacerbations fondamentalistes au sein des religions risquent de faire valoir l’idée que le fondamentalisme est l’essence du phénomène religieux.
La vérité est que le fondamentalisme constitue une manifestation mortifère de religiosité.

9. Le saint Synode , face aux dérives morales de la localisation, fait une approche critique de la notion de droits de l’homme craignant que le droit individuel ne dégénère en individualisme et en un mouvement revendicatif de droits. Une telle approche dénote le contenu réel de la liberté, elle transforme arbitrairement les droits en revendication individuelle de poursuite du bonheur, elle confond liberté et laxisme de l’individu, érigent cette licence en «  valeur universelle » qui mine les fondements des valeurs sociales, de la famille, de la religion et qui menace des valeurs éthiques fondamentales.

10. La Sainte Eglise Orthodoxe , Patriarcat des Nations considère l’union indéfectible liant l’homme à la femme dans l’amour comme un grand mystère, du Christ et de l’Eglise ( EPH 5.32) et elle s’intéresse à la famille qui en résulte. C’est la seule garantie pour la naissance et l’éducation des enfants selon le plan de la divine économie.

11. La sainte Eglise Orthodoxe , Patriarcat des nations, suit avec douleur et la prière constante, la terrible crise humanitaire qui sévit de nos jours, la propagation de la violence et les conflits armés, la violation des droits fondamentaux d’individus et des peuples; elle est préoccupée par la croissante crise de réfugiés et d’immigrés pour des raisons économiques, politiques, climatiques; exhorte toutes les partie impliquées pour régler pacifiquement les différents conflits, à assurer un minimum vital au populations en détresse, de protéger les victimes de guerre et au bout d’assurer leur réhabilitation et leur insertion sociale.

12. Considérant qu’une solution viable pour la paix et la stabilité ne peut être efficace sans la participation pleine et entière des femmes, le Saint Synode accorde son appui résolu à toutes les politiques et initiatives pour la promotion de la dignité et le respect qui lui est dû.

2. Du point de vue dogmatique et doctrinal.

13 Le saint Synode des évêques convoqué par Sa sainteté le Patriarche Nicolas, avec l’accord de leurs béatitudes les primats, métropolites, de leurs éminences les archevêques et de leurs excellences les évêques, à la gloire de Dieu et au profit de son peuple et du monde entier, a voulu que ces hauts dignitaires sus-cités soient «  regardés comme des serviteurs du Christ et des dispensateurs des mystères de Dieu » selon les paroles de saint Paul 1 Co4, 1.
14. Après examen des mandats des évêques absents, le collège des évêques présents autour de sa sainteté a entériné ces mandats pour validation et donner les caractères et statuts juridiques à ce présent Synode à travers ces résolutions et décisions.

15. Dès lors, d’une seule voix et d’un seul coeur, les Pères Synodaux reconnaissent selon la Sainte Tradition Apostolique et Patristique, que l’Eglise orthodoxe, Patriarcat des nations est la continuité authentique de l’Eglise du Christ, Une, Sainte, catholique et Apostolique, telle qu’elle est confessée dans le crédo de Nicée-Constantinople et confirmée par l’enseignement des pères de l’Eglise.

16. De la sorte elle ressembla responsabilité majeure qui lui incombe, consistant non seulement à faire vivre réellement cette expérience authentique, mais aussi à donner à l’humanité le témoignage crédible de la Foi au Dieu adoré dans sa sainte et indivisible Unité.

17. C’est pourquoi, sa mission principale est de donner le témoignage évangélique, de partager les dons que Dieu dispense à l’humanité: Son amour, la paix, la justice, la réconciliation, la force de sa résurrection.

18. L’assemblée synodale des évêques salue le patrimoine culturel de chaque peuple, reconnait à chaque Eglise locale le droit de garder et de développer ses traditions propres sans qu’il soit porté atteinte aux principes sacrés et normes liturgiques de l’orthodoxie, ni nuire à l’unité, ni à l’universalité de l’Eglise.
Au contraire, que cette diversité culturelle soit une richesse et profitable pour l’imprégnation de l’Evangile et l’avancement missionnaire de l’Eglise selon les paroles du Christ » Allez dans le monde entier, faites des disciples… »Mt 28,19.

19. C’est pourquoi, le Saint Synode établit que la restauration liturgique doit consister à organiser les textes et les rites de telle façon qu’ils expriment avec plus de clarté les réalités saintes qu’ils signifient, et que le peuple chrétien autant qu’il soit possible puis facilement les saisir et y participer par une célébration pleine , active et communautaire.

20. Du point de vue juridique et canonique, le Saint Synode accueille avec action de grâcee la Loi fondamentale de l’Eglise Orthodoxe, reconnait à cette loi sa valeur théologique autant qu’elle trouve sa source dans les Saintes Ecritures?
Cette loi de l’Eglise Orthodoxe Patriarcat des Nations revoit par sa nature et pars finalité à l’institutionnalisa de ses principes, et à sa justification juridico-statutaire.

21. Cette loi fondamentale, en tant que droit de constitution, par ses principes immuables a pour visée de fonder la communauté des croyants- perspective écclésiologique; d’harmoniser la vie des fidèles au sein de cette communauté en tablant sur l’égalité -perpective communionnelle; fonder son discours sur la révélation – perspective théologique; chercher le salut de l’homme et réaliser le projet de Dieu – perspectives anthropologique; enfin voter les lois et règles qui régissent la vie de l’Eglise dans l’administration de ses biens, la gérance de ses hommes et femmes – perspective juridico-canonique.

22. Sa Sainteté Nicolas 1er, avec l’accord de des évêques présents siégeant en conclave établi par le Christ successeur des apôtres, guidés par l’esprit saint et selon les paroles apostoliques «  l’Esprit Saint et nous avons décidé «  (Ac 15,28) que:

23.Dans tous les secteurs de la vie de l’Eglise, la formation est d’une importance capitale. C’est pourquoi la communauté entière a besoin d’être préparée, cultivée, renforcée, formée pour l’évangélisation, chacun selon un rôle spécifique au sein de l’Eglise.

24. Que la communauté du Gabon jusque là rattachée à l’archevêché du Cameroun jouisse désormais de son autonomie en tant que diocèse.

25. Que Sa Béatitude Mathieu Primat et Métropolite est nommé Vicaire Patriarcal pour l’Afrique.

26 Que le révérend Père Athanase Roland Ebele Bele a été élu Evêque de Libreville au Gabon; le Père Clément reconduit à son poste de Vicaire Géneral du Gabon ; Père Emmanuel reconduit comme chargé des vocations ; le frère François Owona nommé Conseiller général du Diocèse du Gabon.

27. Le Révérend Père Patrick est élu Evêque de Limoges en France.

Fait à Yaoundé le 26 juillet 2016 visé par maitre Mbomo Magistrat.

Les commentaires sont fermés.