Les commentaires sont hors de ce post

Communiqué de Notre Patriarche 16 Mars 2020

Communiqué de sa sainteté le Patriarche Nicolas à tout le clergé.
Compte tenu de la situation actuelle dans notre pays mais aussi dans beaucoup de pays amis et afin de faire face à cette pandémie de Coronavirus nous demandons à l’ensemble de nos prêtres et de notre clergé en France mais aussi dans toute l’Eglise de célébrer tous les jours à la même heure 21 Heures pour la France ( chaque évêque à l’étranger pourra modifier cette heure) afin de renforcer la puissance de la prière, l’office en cas d’épidémie ( Grand Euchologe des évêques Page 279) que nous reproduisons ci-dessous.
Face à cette pandémie, la prière peut aider nos soignants, tout le corps médical mais aussi nos fidèles et tous ceux des Eglises soeurs à se protéger et à vaincre ce virus.
Il est temps de nous unir dans l’amour et la prière pour triompher avec l’aide de Notre Seigneur et Dieu Jésus-Christ.
Je suis et reste en prière avec vous.
+++Nicolas
Serviteur des serviteurs
OFFICE D’INTERCESSION EN CAS D’ÉPIDÉMIE MORTELLE (Molebnik de Kiev et Trebnik de Rome)
Le Prêtre ayant dit Béni soit notre Dieu, le Lecteur dit les prières initiales: (Roi céleste,) Dieu
saint, Trinité toute-sainte, Notre Pere. Le Prêtre: Car à toi. Le Lecteur: Amen, puis 12 Kyrie eleison et Gloire… Maintenant…
Puis: Venez, adorons, et le psaume 37 (ou bien le psaume 90, voir page 112).
Venez, adorons, prosternons-nous devant Dieu, notre Roi.
Venez, adorons, prosternons-nous devant le Christ, notre Roi et notre Dieu. Venez, adorons, prosternons-nous devant le Christ lui-même, notre Roi et notre Dieu, Psaume 37
280
Seigneur, ne me reprends pas dans ton courroux, ne me châtie pas dans ta fureur.En moi les flèches ont pénétré, sur moi ta main s’est abattue, II n’est plus rien de sain dans ma chair devant ta colere, plus de paix dans mes os à cause de mes fautes. Car mes iniquités me dépassent la tête, comme un fardeau trop lourd elles pèsent sur moi. Mes plaies se corrompent et suppurent, conséquence de mes folies. Je ploie sous le faix du malheur, je marche dans la tristesse tout le jour. Mes reins sont brûlants de fièvre, plus rien de sain dans ma chair. Malmené, humilié à l’excès, je rugis, tant gronde mon coeur. Seigneur, tout mon désir est devant toi, rien ne t’échappe de mes soupirs. Mon coeur est troublé, la force me manque, et même la lumière abandonne mes yeux. Amis et voisins, venant à ma rencontre, s’arrêtent, les plus proches se tiennent à distance. Ceux qui traquent mon âme préparent leurs coups, ceux qui cherchent mon malheur bavardent sans raison et tout le jour méditent perfidement. Et moi, je suis comme un sourd, je n’entends pas, comme un muet, je n’ouvre pas la bouche. Je suis comme un homme qui n’a rien entendu, qui n’a point de réplique en sa bouche. Seigneur, c’est en toi que j’espère, c’est toi qui m’exauceras, Seigneur mon Dieu. Car j’ai dit: ne permets pas que mes ennemis se réjouissent à mon sujet, qu’ils se rengorgent en me voyant trébucher! Or, je suis prêt de chanceler sous les coups et ma douleur est devant moi constamment. Mon iniquité, je la confesse, je suis dans l’angoisse à cause de mon péché. Cependant, mes ennemis sont pleins de vie, plus forts que moi, ils sont légion à m’en vouloir injustement. Quand je cherche le bien, ils m’accusent, ceux qui me rendent le mal pour le bien. Ne m’abandonne pas, Seigneur mon Dieu, ne t’éloigne pas de moi. Empresse-toi de venir à mon aide, Seigneur, mon salut.
Gloire au Père… Maintenant… puis Alléluia, alléluia, alléluia, gloire à toi, ô Dieu (3 fois).
Grande litanie:
En paix prions le Seigneur.
Pour la paix qui vient d’en haut et Pour la paix du monde entier et Pour ce saint temple
Pour notre archevêque (ou évêque)
Pour notre patrie
Pour cette cité (ce village ou ce saint monastère)
Pour qu’il ne se souvienne pas des fautes et des iniquités des pécheurs, des indignes serviteurs que nous
sommes, mais que, dans sa miséricorde, il efface nos péchés et détourne de nous sa juste colère, prions le Seigneur.
Pour qu’il ne nous reprenne pas dans son courroux et ne nous châtie pas dans sa fureur, mais se souvienne que nous sommes chair, un souffle qui passe et disparaît, et pour qu’il délivre nos âmes de la mort, prions le Seigneur.
Pour qu’il ne cite pas en jugement ses serviteurs et ne considère pas nos iniquités, mais qu’il les efface et se montre miséricordieux, et qu’il épargne son peuple qui a péché, prions le Seigneur.
Pour qu’il se souvienne de sa tendresse et de sa miséricorde, qui sont de toujours, qu’il oublie nos péchés de jeunesse et les fautes que nous avons commises par ignorance et nous prenne en pitié, prions le Seigneur.
Pour qu’il entende notre appel depuis sa sainte demeure, qu’il nous guérisse des mortelles douleurs dont nous sommes la proie et tarisse les flots d’iniquité qui nous troublent, prions le Seigneur.
Pour qu’il nous arrache promptement aux filets de la mort et nous délivre des douleurs de l’enfer, prions le Seigneur.
Afin que, dans sa miséricorde, il prolonge pour ses serviteurs le temps du repentir et ne nous dessèche pas avant l’heure comme le figuier stérile, mais que, dans sa clémence, il nous serfouisse et nous abreuve de la rosée de sa miséricorde, attendant, par amour pour les hommes, les fruits de notre repentir et de notre conversion, prions le Seigneur.
Pour qu’il nous arrache aux portes de la mort et détourne dè nous, dans sa miséricorde, le glaive dégainé, l’arc tendu, ainsi que les projectiles de mort dirigés contre nous avec des flèches enflammées, prions le Seigneur.
Pour qu’il écoute notre supplication et exauce notre prière, qu’il ne garde pas le silence devant nos larmes, mais nous pardonne, afin que nous trouvions le repos avant que nous ne nous en allions et que nous ne soyons plus, prions le Seigneur.
Pour être délivrés de tout mal, Protège-nous, sauve-nous, Faisant mémoire de notre Dame
Ecphonèse: Car à toi revient toute gloire, tout honneur et toute adoration, Père, Fils et saint Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.
Ch. Amen, puis on chante Le Seigneur est Dieu, avec les versets
Le Seigneur est Dieu, il nous est apparu; béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. Versets: 1. Rendez grâce au Seigneur.car il est bon, car éternel est son amour.
2. Toutes les nations m’ont entouré, au nom du Seigneur je les ai repoussees.
3. Non, je ne mourrai pas, je vivrai et publierai les hauts faits du Seigneur.
281
4. La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle; c’est là l’oeuvre du Seigneur: une merveille à nos yeux.
Tropaire, t. 2
Dans ta colère, Seigneur, souviens-toi de tes miséricordes, car nous sommes cendre et poussière, un souffle qui passe et disparaît; dans ta fureur, ne nous livre pas au châtiment, de peur que nous ne périssions tout à fait, mais épargne nos âmes, en l’unique tendresse de ton coeur.
Gloire au Père… Maintenant… Théotokion
Protectrice intrépide, tu pries pour nous tous, Mère du Seigneur très-haut, ton Fils notre Dieu et fais en sorte que trouvent le salut tous ceux qui se réfugient sous ta puissante protection. Notre Dame, en ta royale seigneurie, assiste-nous qui sommes accablés de maux, d’épreuves, de douleurs à cause du nombre de nos péchés et t’implorons avec tendresse, d’un coeur contrit, versant des larmes devant ton image sacrée; à nous qui mettons en toi notre espérance à jamais procure la délivrance de tout mal et à chacun ce qu’il lui faut; Vierge Mère de Dieu, sauve-nous tous, car tu es pour tes serviteurs la divine protection.
Psaume 50 (voir page26).
Odes 1 et 3 du canon à la sainte Trinité (voir page 271 en caz d’ epodemie).
Après l’ode 3, on chante ce tropaire, t. 6:
Délivre de tout mal tes serviteurs, en ta grande compassion, car avec ferveur nous accourons vers
toi le Rédempteur compatissant et le Maître de l’univers, Dieu qu’en trois personnes nous glorifions.
Le Diacre dit la litanie triple:
Aie pitié de nous, ô Dieu, dans ta grande miséricorde, nous t’en prions, écoute et prends pitié.
Nous te prions encore pour notre archevêque (ou évêque)
Nous te prions encore pour notre patrie
Nous te prions encore pour qu’obtiennent merci, longue et paisible vie, santé de l’âme et du corps, pardon et
rémission de leurs péchés les serviteurs de Dieu atteints ou menacés par l’épidémie.
Nous te prions encore pour le peuple ici présent, pour tous nos frères et pour tous les chrétiens, qui attendent
de toi le grand trésor de ta miséricorde.
Ecphonèse: Car tu es un Dieu de miséricorde, plein d’amour pour les hommes, et nous te rendons gloire,
Père, Fils et saint Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Ch. Amen.
Et l’on chante ce cathisme, t. 2:
Seigneur, ne repousse pas jusqu’à la fin ton peuple pécheur, n’éloigne pas de nous ta miséricorde et ta pitié, mais toi, l’abîme de miséricorde, l’océan de pitié, agrée nos prières, délivre-nous de l’angoisse et du mal: toi seul, en effet, tu te laisses fléchir.
Odes 4, 5 et 6 du canon. Après l’ode 6, on chante ce tropaire, t. 6:
Délivre de tout mal tes serviteurs, en ta grande compassion, car avec ferveur nous accourons vers toi le Rédempteur compatissant et le Maître de l’univers, Dieu qu’en trois personnes nous glorifions.
Petite litanie, conclue par l’ecphonèse:
Car tu es un Dieu de bonté, plein d’amour pour les hommes, et nous te rendons gloire, Père, Fils et saint Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Ch. Amen.
Et l’on chante ce kondakion, t. 6:
Nous sommes environnés par les douleurs de l’enfer, nous voici couverts par l’ombre de la mon et comme cire en face du feu fondent nos jours devant ta colère, Seigneur; mais, en ta miséricorde, souviens-toi de ton amour, épargne ton peuple afin que nous vivions et dans la pénitence nous puissions te glorifier, toi le seul Ami des hommes.
D. Soyons attentifs. P. Paix à tous. D. Sagesse, soyons attentifs!
Prokimenon, t. 4:
Seigneur, ne me reprends pas dans ton courroux, ne me châtie pas dans ta fureur. Verset: Car tes flèches m’ont pénétré, sur moi ta main s’est abattue.
Lecture de l’épître du saint apôtre Paul aux Hébreux (12, 6-13)
Frères, le Seigneur châtie celui qu’il aime, il frappe tout fils qu’il agrée. Supportez donc cela pour votre correction, car Dieu vous traite comme des fils. Quel est, en effet, le fils que son père ne corrige pas? Si vous êtes exempts de cette correction dont tous ont leur part, c’est que vous êtes des enfants illégitimes et non des fils. D’ailleurs, puisque nos pères selon la chair nous ont châtiés et que nous les avons respectés, ne devons-nous pas être soumis davantage au Père des esprits, pour avoir la vie? Nos
282
pères nous châtiaient pour peu de jours, comme il leur semblait bon, mais Dieu nous châtie pour notre bien, afin de nous faire participer à sa sainteté. Il est vrai que toute correction semble, sur le moment, être un sujet de peine plutôt que de joie, mais clic procure, par la suite, à ceux qu’elle a exercés un fruit de justice et de paix. Redressez donc vos mains inertes et vos genoux défaillants et rendez droits pour vos pas les sentiers tortueux, afin que ce qui boite ne dévie pas, mais guérisse plutôt.
Alleluia, t. i. Versets: l. Les douleurs de la mort m’ont environné, les torrents de l’iniquité m’ont troublé. 2. Les douleurs de l’enfer m’ont cerné, les filets de la mort se sont tendus devant moi.
D. Et pour qu’il nous soit donné d’écouter dignement le saint Evangile, prions le Seigneur notre Dieu. Ch. Kyrie eleison (3 fois).
D. Sagesse, debout, écoutons le saint Evangile. P. Paix à tous.
Lecture de l’Evangile selon saint Luc (4, 38-40)
En ce temps-là, Jésus entra dans la maison de Simon. La bellemère de Simon était prise d’une forte fièvre, et l’on implora en sa faveur. S’étant penché sur elle, il menaça la fièvre, qui la quitta; et à l’instant même elle se leva et les servit. Au coucher du soleil, tous ceux qui avaient des malades atteints de maux divers les lui amenèrent: à chacun d’eux il imposa les mains et les guérit.
Gloire à loi. Seigneur, gloire à toi.
On chante les odes 7, 8 et 9 du canon.
Après l’ode 9, Il est vraiment digne de te bénir, Mère de Dieu, toujours bienheureuse et tout-immaculée, et
la Mère de notre Dieu. Plus vénérable que les Chérubins et plus glorieuse que les Séraphins, ô Vierge qui as enfanté le Verbe de Dieu, tu es vraiment la Mère de Dieu, nous te magnifions.
Trisagion et prière du Seigneur. Ecphonèse: Car à toi.
Ch. Amen, et les tropaires de componction ( 120): Aie pitié de nous, Seigneur, aie pitié de nous… Seigneur, aie pitié de nous… Ouvre-nous la porte de ta compassion…
Le Diacre dit la litanie ardente
Aie pitié de nous, ô Dieu, dans ta grande miséricorde, nous t’en prions, écoute et prends pitié.
Nous te prions encore pour notre archevêque (ou évêque)
Nous te prions encore pour notre patrie
Nous avons péché, nous avons commis l’iniquité; c’est pourquoi ta juste colère nous a frappés, Seigneur
notre Dieu, l’ombre de lamort nous entoure et nous sommes près des portes de l’enfer; mais, dans nos souffrances, nous te crions de tout coeur: épargne ton peuple, Seigneur, épargne-le, ne nous fais pas périr jusqu’au dernier, nous t’en prions humblement, écoute et prends pitié.
Toi le maître de la vie et de la mort, Seigneur, n’enferme pas dans la mort les âmes de tes serviteurs, mais calme ta fureur et cesse de t’irriter, de peur que nos jours ne disparaissent en fumée, que notre force ne s’évanouisse et que nous ne périssions jusqu’au dernier à cause de nos péchés; montre ta miséricorde envers tes serviteurs, avec larmes et repentir nous t’en prions: écoute et prends pitié.
Souviens-toi, Seigneur, que nous sommes chair, un souffle qui passe et ne revient plus; détourne donc, par miséricorde, ta colère justement soulevée contre nous et dont tu nous frappes comme d’un glaive, prématurément; arrête la maladie, apaise le fléau qui nous fait périr inutilement. Car ce ne sont pas les morts qui te loueront, ni tous ceux qui descendent aux enfers; mais nous les vivants, nous te louons et, gémissant dans la peine de notre coeur, nous te prions: écoute et prends pitié.
Plus que tous nous avons péché contre toi et nous avons commis l’iniquité; Seigneur, si nous n’avons pas atteint la conversion, accepte notre ferme propos en guise de conversion et, passant de la colère à la miséricorde, en Maître tout-puissant, délivre des funestes douleurs et de la mortelle maladie tes serviteurs; c’est dans la peine et les gémissements que nous t’en prions: bien vite, écoute et prends pitié.
Ne te souviens pas des fautes et des iniquités de ton peuple, ne cite pas en jugement tes serviteurs ni ne t’éloigne d’eux par ressentiment. Si tu tiens compte de nos fautes, Seigneur, qui donc subsistera? Car nous somme poussière et cendre, et notre consistance est comme nulle devant toi; mais, dans la tendresse de ton amour pour les hommes, laisse-toi émouvoir, ne nous fais pas périr, dans ta colère, au milieu de nos iniquités, nous t’en prions, Dieu de bonté, écoute et prends pitié.
Toi qui ne désires pas la mort des pécheurs, mais qu’ils se convertissent et qu’ils vivent, toi la source de vie, veuille nous vivifier, nous qui sommes dignes de la mort selon ton juste jugement; car tu es le Dieu qui a pouvoir sur les vivants et sur les morts; ne nous fais pas périr, dans ta colère menaçante, nous t’en prions en larmes et à grand cri, dans l’affliction de notre coeur: écoute et prends pitié.
283
Dans ta miséricorde, Seigneur, jette un regard sur les malheurs de ton peuple et laisse-toi émouvoir, ordonne à l’Ange qui étend la main pour nous faire tous périr, comme tu l’as fait jadis au temps de David, de s’en tenir là pour le moment et de retenir sa main pour ne pas nous faire périr jusqu’au dernier. Et nous, te confessant nos fautes avec repentir, nous nous écrions comme David: nous avons péché, nous avons commis l’iniquité et nous ne sommes pas dignes de ta miséricorde; mais toi, Seigneur, te laissant fléchir en vertu de l’unique tendresse de ton coeur, montre-nous ton amour d’autrefois, épargne ton peuple et les brebis de ton bercail, nous t’en prions, écoute et prends pitié.
Ecphonèse:
Exauce-nous, Dieu notre Sauveur, espoir de ceux qui demeurent aux extrémités de la terre et de ceux qui sont loin sur mer; sois indulgent, ô Maître, pour nos péchés et prends pitié de nous. Car tu es un Dieu de miséricorde, plein d’amour pour les hommes, et nous te rendons gloire, Père, Fils et saint Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.
Ch. Amen. Le Diacre:
Avec dévotion, en fléchissant les genoux, prions le Seigneur. Le Choeur: Kyrie eleison (3 fois).
Le Prêtre dit cette prière:
Seigneur notre Dieu, du haut de ton sanctuaire penche ton regard sur la prière des pécheurs, des indignes serviteurs que nous sommes, car nous avons courroucé ta bonté, nous avons offensé ta miséricorde; ne cite pas en jugement tes serviteurs, mais détourne la terrible menace justement soulevée contre nous, apaise ta mortelle fureur, arrête ce glaive menaçant qui d’invisible façon nous retranche avant l’heure, épargne tes pauvres, tes misérables serviteurs, n’enferme pas dans la mort les âmes de ceux qui, d’un coeur contrit et dans les larmes du repentir, se prosternent devant loi, le Dieu de miséricorde, propice et indulgent.
Car il t’appartient de nous faire miséricorde et de nous sauver, ô notre Dieu, et nous te rendons gloire, Père, Fils et saint Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.
Ch. Amen.
Le Prêtre: Gloire à toi, Christ Dieu, notre espérance, gloire à toi.
Ch. Gloire au Pere… Maintenant… Kyrie eleison (3 fois). Père, bénissez (ou veuille bénir).
Le Prêtre: Que le Christ notre vrai Dieu, par l’intercession de sa Mère toute pure et immaculée, des saints et les hommes.
Amen.

Les commentaires sont fermés.